CE QUI DOIT ARRIVER ARRIVERA

Il y a deux fléaux dans notre expérience : le premier et de croire que nous n’avons aucun contrôle sur ce qui se passe et qui fait que nous pouvons rester dans notre fauteuil à nous plaindre d’être une victime toute notre vie. Le deuxième est de croire que nous avons le contrôle de notre vie et qui fait que quand elle ne correspond pas à ce que nous voulons nous nous mettons à nous battre pour essayer d’être heureux, ce qui nous empêche de l’être pleinement.

Comment comprendre ce paradoxe ? La réalité est que la vie se crée à partir de nos pensées. Pas comme voudraient nous le faire croire certains experts. Si vous pensez que vous allez devenir riche, par exemple, cela implique que vous ne l’êtes pas. Et derrière la façade de cette richesse construite de toute pièce vous générez automatiquement des pensées de manque. C’est donc plus complexe que l’on pourrait le croire, mais en gros si nous pensons que nous sommes une victime alors nous créons une vie de victime. Si nous pensons que nous avons le contrôle nous créons une vie de contrôle, etc.

Quand nous en avons assez du rôle de victime, nous prenons souvent notre vie en main et nous nous battons pour atteindre nos objectifs car nous sommes persuadés qu’en obtenant ce que nous voulons nous serons heureux. Mais que se passe-t-il quand ces objectifs sont atteints ? Nous sommes dans un état de gratitude. L’erreur, c’est de croire que le bien-être qui apparaît à ce moment vient du fait d’avoir atteint l’objectif alors qu’en fait il vient de ce sentiment de gratitude. Quand nous comprenons cela, nous nous mettons à apprécier ce que nous avons, plutôt que de chercher à avoir autre chose. Nous apprécions alors de plus en plus ce que la vie nous apporte, sans avoir à se battre pour cela, et nous commençons à la laisser faire.

“La laisser faire” ne signifie pas devenir un légume. Si vous regardez un enfant, vous constaterez qu’il ne se bat pas mentalement pour changer la vie. Cela ne l’empêche pas de réagir, de grandir, de bouger, de jouer, de se faire mal, de tomber malade ou de perdre ses dents. La vie est mouvement, tout le temps, toujours. Une dame qui s’était retrouvée en chaise roulante suite à un accident vit arriver son enfant de 4 ans avec un ballon. Il lui demanda de jouer avec lui. Elle lui dit qu’elle ne pouvait pas taper dans la balle puisqu’elle était paralysée. L’enfant répondit : “Tu n’as pas de jambes, mais tu as des bras ! Tu n’as qu’à me la lancer !” Un enfant ne se bat pas contre la vie, il joue avec… retrouvez cet enfant en vous !

En lâchant prise et en laissant la vie s’exprimer librement, tout en étant dans la gratitude de tout ce que l’on a déjà, nous créons des pensées de gratitude qui vont favoriser une vie de gratitude. Quelle vie ? Comment ? Avec qui ? Combien de temps ? Personne ne le sait. Une vie “parfaite” est une utopie du mental. Mais quoi qu’il se passe, ce n’est plus un problème quand la gratitude est là. cela devient un cadeau. Pas un cadeau sans heurts et sans difficultés, juste le cadeau d’être en vie.

Note : Évidemment, ceux (dont moi il y a quelques années) qui se sont écouté les 14 CDs de Mr Kevin Trudeau seront peut-être surpris d’apprendre qu’il s’est retrouvé en prison. Il avait probablement oublié son désir de rester libre… Ceci est valable pour tous ces gens qui prétendent que vous avez le contrôle total de votre vie. Sont-ils vraiment heureux ? Pourquoi se retrouvent-ils en prison ? Observez leur message et leur vie, et faites votre propre avis. Vous pouvez contrôler ce que vous faites, mais le bonheur ne vient pas du contrôle.


À lire également :

HISTOIRE : COMMENT CONTRÔLER VOTRE VIE

Un adolescent attendait ses parents chaque jour à la sortie de l'école. À la fin de sa dernière année, un ami ...
Lire

HISTOIRE : DEVIENS CE QUE TU ES !

Un chaton, en pleine révolte, dit à sa mère: – Je voudrais être un chat ! – Et c’est quoi un ...
Lire
Partager :
Fermer le menu